Quels types d’objectifs ?

Nous avons vu dans ce premier article qu’il fallait se fixer des objectifs à plus ou moins long terme pour pouvoir garder une ligne directrice dans le temps, pour ensuite progresser. Mais nous n’avons pas évoqué clairement les différents types d’objectifs. Voici nos explications.

Les types d’objectifs de résultats

        On a pour habitude de se fixer des objectifs de résultats « je vise la victoire sur telle course », « l’objectif c’est la médaille ». Ok, très bien. Ce genre d’objectif est tout à fait réalisable mais il reste extrêmement stressant pour le sportif.

Tu ne maîtrises pas tout, il peut arriver tout un tas d’événements qui vont anéantir en très peu de temps ton objectif de résultat. On peut gagner une compétition en étant le plus fort, en ayant tout mis en place pour réussir. Mais on peut aussi la perdre. Il sera donc difficile pour toi de dégager le « positif » et les axes de travail si tu ne remplis pas ton objectif.

Ce stress va être causé par la peur de l’échec. Mais aussi par le fait que le sportif ne maîtrise pas tous les paramètres du jeu.

Les objectifs de performances

        Ce genre d’objectif est moins stressant pour le sportif, il apparaît comme un défi qui peut être réalisé en compétition et à l’entraînement. On parle d’une performance à réaliser et elle ne dépend pas des adversaires. Par exemple, cela peut être pour un cycliste, peu à l’aise en montagne, de devoir rester dans le peloton jusqu’à un certain point du parcours. Ou pour un autre trop généreux dans l’effort de ne pas attaquer durant les 2 premières heures de courses. Cela permet d’être à 100% de ses capacités au moment où la course va se jouer.

Les objectifs de maîtrises

        L’objectif de maîtrise va se concentrer sur le comportement. Dans l’article précédent, il paraissait évident qu’il fallait réussir à s’entraîner plus avant de pouvoir prétendre à une participation aux Jeux Olympiques. Par exemple, être capable de « s’entraîner plus » peut être un objectif de maîtrise. C’est à dire, adopter le bon comportement, les bonnes habitudes pour pouvoir « s’entraîner plus » (récupération, sommeil, étirement notamment). L’objectif peut être basé sur un aspect technique, maîtriser un geste technique ou encore sur l’hygiène de vie. C’est à dire me coucher plus tôt pour avoir un quota d’heures de sommeil suffisant pour maximiser la récupération.

Ici, les objectifs de maîtrise vont être basés sur des éléments que tu gères. Ses objectifs sont beaucoup moins stressants que les objectifs de résultats, et permettra une amélioration de ta confiance en toi.

Il ne faut pas oublier que lorsque que tu te fixes un objectif quel qu’il soit, il doit être clairement identifié. C’est-à-dire d’éviter les objectifs vagues qui sont difficiles à identifier.

Rester placer à l’avant du peloton durant toute une course est vague alors qu’être capable d’être dans les 10 premiers du peloton à des points stratégiques préalablement définis est beaucoup plus précis et mesurable.

Maintenant, tu es prêt à te fixer des objectifs de performance, de résultat et de maîtrise. Et cela à court, moyen et long terme : à toi de jouer !

Et la suite après les types d’objectifs ?

Maintenant que tu as compris comment fonctionner avec les objectifs, tu dois aussi penser à la performance. En effet, il est important de s’entrainer correctement que ce soit sur home trainer, ou en renforcement musculaire. Mais aussi de réaliser une étude posturale pour optimiser ta position sur le vélo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *